L'humilité, outil de rétablissement des TCA

L’humilité | Témoignage de rétablissement des compulsions alimentaires

Une membre nous partage son cheminement vers l’humilité. Les émotions négatives qu’elle a laissées derrière elle, le calme et l’apaisement qui en sont nés. Un émouvant témoignage de rétablissement des compulsions alimentaires.  

Partage issu du Congrès OA France 2020, avec le thème : « L’humilité ». Les paroles que vous entendez/lisez sont strictement celles de la personne qui les a exprimées. Elles ne représentent pas OA dans son ensemble.

Les émotions négatives envolées grâce au programme OA

Dans le programme de rétablissement, j’arrive à écrire sur les étapes, les partager. Mais travailler sur mes défauts de caractères, sur mon comportement, sur ma personnalité c’est difficile.

Je vais commencer par vous dire ce qui m’a été enlevé par le programme OA, m’amenant vers un petit peu plus d’humilité. Je ne dis pas l’humilité, ce serait très prétentieux… Mais un peu plus d’humilité.

La colère

La première émotion toxique qui m’a été enlevée par le travail des étapes, c’est la colère. Je ne savais pas que j’étais en colère pendant les 35 années où je ne connaissais pas le programme OA. Mais j’étais très en colère, j’avais ce sentiment brûlant rentré contre moi qui me rendait dépressive.

Aujourd’hui, c’est rare que cette colère se manifeste. Quand c’est le cas, c’est une colère saine. Je réussis à l’exprimer calmement aux personnes qui l’ont provoquée. Ça n’a plus rien à voir avec cette colère de fond, toxique que j’avais en moi.

La susceptibilité

Ensuite, c’est la susceptibilité qui m’a été enlevée par le programme pour atteindre une forme d’humilité. Auparavant, j’étais comme une petite enfant égocentrique. Tout ce qu’il se passait, je le prenais contre moi. C’était peut-être le plus gros défaut de caractère que j’avais.

Aujourd’hui, quand quelque chose m’agresse, je sais que ce n’est pas tourné contre moi. Je le rends à l’autre. Mon agresseur, ou la vie. Je sais que ça lui appartient. Et moi, je m’en détache. Ça change tout mon rapport aux personnes et à la vie, à la nature, au monde, à la société. C’est totalement différent.

La sérénité émergeant du rétablissement des compulsions alimentaires

Je voulais parler dans un 2e temps de ce qui m’a été offert par le programme dans le cadre de l’humilité.

Le calme

Le programme de rétablissement des compulsions alimentaires m’a apporté le calme. Avant, j’étais extrêmement agitée. Toujours dans la peur. J’avais de grosses crises d’angoisse, qui m’obligeaient à prendre des médicaments. J’étais agoraphobe, phobique sociale. Pendant une période, je n’arrivais plus à aller travailler, à sortir de chez moi.

Aujourd’hui, c’est très différent. J’ai repris une activité professionnelle à temps plein depuis plus de 5 ans. Je suis vraiment calme dans mes relations avec les autres. Je crois…

Je pense que c’est maintenant un de mes traits de caractère principal d’être posée. Ça, c’est le programme qui me l’a apporté.

Moins de conflits

J’ai de moins en moins de conflits interpersonnels. Notamment, mes relations avec ma famille ont été métamorphosées, vraiment. Je ne pouvais plus voir mes parents tellement notre lien était toxique.

Maintenant, je suis vraiment dans la gratitude de les voir, de profiter d’eux dans leur vieil âge.

La paix

Enfin, je dois dire que l’humilité m’a apporté la paix. La paix, c’est le contraire d’un tumulte émotionnel perpétuel, comme je le vivais auparavant. J’étais dans l’agitation toxique.

Aujourd’hui, j’ai véritablement trouvé la paix d’esprit. Je peux dire que je suis sereine 90 % du temps.

L’acceptation du corps

Une autre chose, qui pour une personne outremangeuse est vraiment miraculeux, c’est que je suis en paix avec mon corps. Je n’ai pas un corps parfait du tout. Je l’ai maltraité pendant 40 ans avec la nourriture, il est très abimé.

Mais, ce corps, j’ai compris que c’était le seul que j’aurais de toute ma vie. Que j’avais le devoir de l’aimer, de l’accepter tel qu’il était.

Je ne le montre pas, mais je ne le cache pas. D’ailleurs, un des aspects positifs du confinement c’est que je cuisine de bons petits plats, sains et équilibrés. Résultat : j’ai perdu des kilos pendant cette période. Donc voilà, mon corps me le rend bien.

Je crois que je suis arrivée à une acceptation presque totale de qui je suis aujourd’hui.


En conclusion, pour moi l’humilité c’est le chemin vers la sérénité. Mais ce que je voulais dire surtout, c’est que l’humilité c’est de ne pas être seule. C’est de se relier à tous.tes les ami.e.s du programme, de savoir demander de l’aide. C’est savoir être en lien avec sa PS et lui demander l’aide dont j’ai besoin.

Merci beaucoup d’avoir lu ce témoignage de rétablissement. Pour cheminer vers l’humilité et perdre vos défauts de caractère, découvrez le programme en 12 Étapes. Ne restez pas seul.e : ça marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.